La lettre trouvée dans la poche du manifestant abattu

Credit Photo: blog.sosenfants.org

A mon fils qui veut être Président,

Si tu lis cette lettre, c’est que la lâcheté a encore triomphé du courage, la violence de la liberté, la tyrannie de la démocratie et surtout les mots des actes.

Quand je suis sorti ce matin, ce n’était pas pour aller déposer un nouveau CV. Les employeurs ne recrutent plus sur l’unique base du mérite. Je ne suis pas non plus sorti pour me dérober à mes responsabilités. J’étais sorti pour rappeler au gouvernement que moi aussi je suis un citoyen, que j’ai le droit de vivre dans la dignité. Que tant que j’aurai des diplômes valides et aucun handicap physique m’empêchant de me nourrir à la sueur de mon front, je n’accepterai aucune aide déshumanisante fut-elle peinte sur un tableau d’aide sociale. J’étais sorti pour dénoncer le copinage, la médiocratie, le règne des stupéfiants, l’inversement de la morale,  l’attentat quotidien des valeurs et surtout la corruption qui commence à laisser une dette bien trop lourde pour tes frêles épaules.

Mon fils, j’ai lu dans tes yeux et j’ai compris combien tes rêves sont grands. J’ai observé tes mouvements et j’ai deviné le sens de tes prises de position future. J’ai entendu tes silences et j’ai senti le tourbillon de tes réflexions précoces. Tu as déjà beaucoup vécu, mais laisse-moi te donner quelques conseils que tu ne dois jamais te permettre d’oublier.

Tu es né sur une terre qui a produit de sublimes héros et leurs justes contraires. Le peuple ici, apparemment beaucoup plus que ceux d’ailleurs, est émotif et capricieux. Il a souvent la regrettable habitude de préférer les promesses creuses des idiots aux propositions bien pesées de ceux qui ont péniblement gravi les pentes raides du travail pour se hisser aux plus hauts sommets de la compétence. Ici, les grandes révolutions sont patricides. Voilà, pour être bref, les défis qui t’attendent. Avant de vouloir être Président, apprends d’abord à être un citoyen modèle. Avant de prétendre connaître les autres et leurs aspirations, connais-toi toi-même et triomphe de ton ego. Ne te limite jamais à ta pointure et aux sentiers battus, chausse les souliers des autres et parcours leurs chemins. Comprends pourquoi ils sont tombés, honore-les et relève-toi. Mon fils, quand tu seras Président, rappelle-toi que tu redeviendras simple citoyen. Le monde est complexe et parfois violent, mais ne te prête jamais à la comédie animale de l’humanité, car il y aura toujours un retour de bâton. Méfie-toi des conseillers-renards et des amis parachutés. Et par-dessus tout, ne perds jamais ton cœur d’enfant !

Je sais que tu pleureras longtemps mon assassinat, mais je t’en prie, mon fils, à la vengeance de mon sang,  préfère la concrétisation de mon rêve d’une société siamoise de la justice. Et garde en mémoire ces mots d’Eliphas Levi : « La foi est le levier d’Archimède, lorsqu’on a un point d’appui dans le ciel, on remue et on déplace la terre ».

Ton père qui t’aime !

Dr Valéry MOISE

lyvera7@yahoo.fr

109 Commentaires

  1. Il faut vraiment pouvoir lire entre les lignes pour comprendre ce message, mais, pourtant le message est clair et concis.
    Toujours un plaisir de te lire docteur Valéry.

  2. Bravo, un message tres clair en cette journée du 17 mai
    Ce style imagé me rappelle la plume d’un prédécesseur, qui a une époque avant toi éduquait la population a travers ses lignes…

  3. Je pense que la jeunesse engagee a besoin de devorer ce texte et d’interioriser ses instructions. La seve nous permettra de prendre conscience des mutations personnelles et collectives engendrees par le systeme… Aux trois forces (Argent, sexe et pouvoir) qui changent les hommes la resistance est toujours difficile. Mais que l’on se rappelle toujours le retour de baton inevitable. Merci Val!

    Que ma Lumiere soit sur toi!

  4. Merci Dr Moise! Message tres important a la veille de ce 18 mai. « Avant d’etre president, apprends a etre un citoyen modele »…
    Bon travail!

  5. en peu de mot, c’est trop bon. notre terre porte en son sein des philosophes-ecrivains, des jongleurs de mots et aussi ceux qui ont conscience de leur responsabilité sociale.

  6. Texte tres original, tres instructif pour un citoyen qui aime son pays et un mirroir pour les mardi gras politiques.
    Ne laisses pas tomber ta plume mon frere!

  7. C’est un tres bon texte en quelque ligne vous avez revendique la jouissance de Presque tous les droits pour tous les humains cependant une petite chose de grande importance vous echappe:le droit aux personnes handicapees de travailler en disant ** Que tant que j’aurai des diplômes valides et aucun handicap physique m’empêchant de me nourrir à la sueur de mon front**

    1. Merci mon frère Edmond pour la remarque. C’est la deuxième à ce sujet. Je suis donc porté à croire que je n’ai pas clairement traduit mes pensées. Je suis loin de prétendre que les personnes à besoins spéciaux sont incapables de se nourrir à la sueur de leurs fronts, j’ai trop misé peut-être sur le mot  » M’empêchant ». J’y entendais une impotence fonctionnelle complète.Merci encore mon frère!

  8. J’ai pris le soin de lire tout ce qui a été dit et de comprendre tout ce qui est sous-entendu. Un texte fort, vibrant et qui traduit une réalité , permettez moi l’emphase, tellement réelle d’un père haïtien qui peut aussi être de tous les pères haïtiens. Et j’ai pleuré, je n’ai pas pleuré pour moi mais j’ai pleuré pour mon peuple. Merci Dr MOISE.

  9. Dr Moise, une fois de plus, tu me surprends agréablement. Je ne sais pas où tu puises tes inspirations, mais surtout garde cette mystérieuse source qui guide tes doigts pour écrire des textes aussi inspirants.

    Bon courage et bonne continuité!

  10. Un texte qui inspire et instruit, merci de l’avoir partagé. « Avant de prétendre connaitre les autres et leurs aspirations, connais-toi toi-même et triomphe de ton ego ». Ce passage résume bien le combat auquel chaque personne devrait se soumettre pour dompter ses ennemis intérieurs…

  11. C’est ce qui manque a notre formation: la connaissance de soi avant même de pretendre connaître quoique se soit sur les autres. Franchement ce genre de plume devrait etre etudier a l’ecole. Felicitation monsieur, je serais ravis de tacher ma pensee avec cet encre qui coule du robinet de ta pensee. Merci pour cette lumiere.

  12. J’ai eu les larmes aux yeux en lisant ce texte si profond et si pur merci Dr Valery pour cette jeunesse qui a tant besoin de cadrage et d’exemple

  13. Tout est à consommer. Rien à jeter. Bravo.
    Amitiés.
    Marc

    p.s: « …à la vengeance de mon sang, préfère la concrétisation de mon rêve… » mon segment préféré. Kenbe la.

  14. Très bien parlé mon frère sa fait vraiment plaisir de lire des choses véridiques comme ca bravo I♥♥♥it thanx you so much

  15. Je viens de lire cette lettre dechirante, poignante. Je suis partage entre des sentiments contraires. La tristesse d’une realite et la joie d’un tableau si bien peint, l’amertume contre les dirigeants et mes concitoyens et la gratitude envers celui qui a ecrit ces lignes et ceux qui meurent chaque jour comme ce manifestant du recit.
    Merci Dr Valery pour ce beau texte. Sa profondeur n’a d’egale que ce sentiment de revolte et d’espoir qu’il souleve chez tout citoyen conscient et concequent. Kenbe ferme

  16. « Triompher de son ego » tel doit être le mantra de tout jeune conséquent, engage et conscient d’être né sur une terre ayant accouche de sublimes Héros tout en se dérobant a toute pratique traditionnelle qui empêche de comprendre pourquoi « nos devanciers » sont tombes.
    Bien pense Val!

  17. Dr Moïse,
    Acceptez mes félicitations pour ce texte très bien écrit. Mais, mieux que la grande qualité de votre prose, la profonde mâturité qui s’exprime à travers ces lignes me confirme que la nouvelle génération dont vous faites partie, pourrait bien reprendre le flambeau et continuer à protéger la flamme. En outre, je ne suis pas sûr que la citation d’Eliphas Levi qui apporte un éclairage particulier à la source de vos idées, tout comme la date de la publication du texte, soit innocente. Je vous souhaite du courage dans la poursuite du voyage sur cette route difficile que vous semblez avoir choisie.

    1. Merci Dr Julien d’avoir pris le temps de lire et surtout de m’avoir fait part de vos encouragements qui, rassurez-vous, ont trouvé une terre accueillante et fertile. Intelligenti Pauca! Lumière grand frère!

  18. M t gentan di m,woowww,mais une telle plume ne devrait donc pas disparaitre,encore une tete de moins.epi apre sa,m we sa m t panse a c pa sa.tres tres beau texte…..

  19. C’est un très beau texte Dr. Valéry Moise, j’ai pris le soin de le lire, le relire, le re-relire et ça pitié pour nos dirigeants.

  20. Vye frè, kanmarad-anmwen an, se ak anpil tristès, men ak anpil kouraj mwen li lèt testaman wou ekri lajenès peyi a. Menm si yo pase-wou alenfinitif two jenn pou laj-wou, menm two jenn pase-mwen, se ak reverans mwen koube byen ba devan rèv lavi miyo wou kite bay jenerasyon k ape grandi an.
    Kom repons merite epi pou rèv-wou a kapab jèmen, boujonnen epi flerize nan tout koulè lakansèl, mwen fè-wou pwomès pou mwen tousuit tadui lèt-wou nan lanng nasyonal la, pou tout jenès peyi kapab konnen epi konprann rèv wou t ape miyonnen nan kè-wou pou yo. Konsa tou peyi a va genyen yon asirans garanti, wou pa tonbe pou granmesi, men pito rasin-wou anchouke byen fon nan tè. A chak lapli ki va annik farinenn, se plizyè woumenm ki va boujonnen nan kè-yo ak nan lespri yo.

    Gran frè ki kwè nan rèv wou t ape miyonnen pou yon Ayiti kretyen vivan, yon Ayiti moun, anvan li te yon teritwa jewografik.

    1. Kanmarad Emmanuel, mwen pa konnen kijan pou m’ remèsye w pou kokennchenn komantè sa. Ou bay anpil imaj ki chaje ak fos.Pa tann otorizasyon m’ pou w ka mete tèks sa nan lang manman nou ak papan nou. Tchenke rèd.

  21. Merci. C’est une leçon capitale. Je vais faire réciter cette lettre à mes enfants. Je voudrais qu’ils soient ainsi. Je vais la faire publier là où il m’est possible de le faire. C’est émouvant !

  22. Quel regret de ne pas avoir pu vous inviter cette année. Nous nous rattraperons l’an prochain! Bravo pour votre blog

  23. Excellent!
    Si tout le monde avait cette prise de conscience
    Si tout le monde passait à l’acte
    Si tout le monde s’attelait au changement
    Il y a longtemps qie nous vivrions dans un monde meilleur
    Votre blog est remarquable !

  24. Cette lettre est une bouteille jeté à la mer et je crois que son message est parvenu à tous ces destinataires situés aux quatre coins du monde. Ma prière est que les futures présidents de nos latitudes l’entendent pour un plus d’espoir dans nos vies. Merci.
    Je t’ai fais un clin d’oeil dans mon dernier billet sur la formation que je t’invite à lire.
    Une fois encore merci pour ce beau billet

    1. Merci mon frère Agbadje! Je viens de lire ton billet avec beaucoup d’émotion. Je me sens très honoré que tu aies eu le temps de penser à moi malgré la charge de l’agenda de l’événement. A bientôt frère!

  25. Un texte très profond. Le style de texte qu’on lit chaque matin tellement rempli de valeur. Un extrait: « Avant de vouloir être Président, apprends d’abord à être un citoyen modèle. Avant de prétendre connaître les autres et leurs aspirations, connais-toi toi-même et triomphe de ton ego. Et par-dessus tout, ne perds jamais ton cœur d’enfant ! » Café Dr!

  26. Merci Dr Moise pour cet message qui font revivre nos ancetres et donner l’espoir aux jeunes ,que le tout puissant vous accompagnes toujours et qu ils deversent sur vous ces benedictions les meilleurs .

  27. Tu sais Valery, j’ai pris le temps de lire cette lettre. Et comme je te le dis souvent, elle m’a replongée dans mon Cameroun natal. Oui, sans mentir, je pourrais retrouver cette missive dans la poche d’un manifestant lambda assassiné au cours d’un meeting dans les rues de mon pays. Cette lettre est profonde. Pour moi, elle décrit les rêves de tout bon citoyen. Elle traduit les combats de tous ceux qui aiment leur pays. Elle me parle, à moi et à ceux qui sont de tous les rives du pouvoir (bons et moins bons ». Mais ce passage profond parle:

    « Ne te limite jamais à ta pointure et aux sentiers battus, chausse les souliers des autres et parcours leurs chemins. Comprends pourquoi ils sont tombés, honore-les et relève-toi. Mon fils, quand tu seras Président, rappelle-toi que tu redeviendras simple citoyen. Le monde est complexe et parfois violent, mais ne te prête jamais à la comédie animale de l’humanité, car il y aura toujours un retour de bâton. Méfie-toi des conseillers-renards et des amis parachutés. Et par-dessus tout, ne perds jamais ton cœur d’enfant »
    J’ai fait lire la lettre à mon petit frère hier. Merci à Debellahi qui m’a donné l’idée! Super ton texte Valery!

  28. Cher Valery, j’aimerais prendre une seconde pour te dire que ce texte est formidable. Je l’ai laissé m’inspirer. Cela ne m’arrive pas souvent. Merci

  29. Bravo, C’est un text vraiment profond, maintes fois que j’ai lu ce text j’ai encore trouvé des truc très interessant

  30. Beaucoup difficulté á faire mon commentaire, merci d’enlever les copies superflues.Tres beau texte,très bien pensé.Est ce fictif?
    CELA REFLETE MES PENSEES,COMME VOUS, JE PENSE QUE CELA PREND DE BONS CITOYENS POUR QUE CELA CHANGE.ALORS VOU AVEZ DIT CE QUE Á QUOI JE PENSE DEPUIS FORT LONGTEMPS,JE SUIS HORS DU PAYS,MAIS QUAND CELA VA MAL CELA VIENT NOUS CHERCCHER ET NOUS EN PAYONS LE PRIX. Commençons donc par etre de bons citoyens pour une ère nouvelle.

  31. MON AUTRE  » COMMENT »EST JE NE SAIS OÚ (LOL)
    JE VOULAIS JUSTE DIRE QUE L’ALLUSION AUX HANDICAPÉS SUPPOSE ICI QUE RIEN NE POURRAIT EMPECHER L’AUTEUR DE FAIRE CE QU’IL VOUDRAIT,MIS A PART U HANDICAP SÉVÈRE.Rien á voir avec le droits, aucun groupe ne devrait se sentir lésé, si on admet qu’un handicape sévère peut etre un obstacle á ce qu’on veut faire.
    Ne nous arrêtons pas aux mots, allons au delá pour saisir la pensée de l’auteur.Merci.Felicitations encore!

  32. Par contre ,l’allusion a l’aide sociale qui est une aide de dernier recours (existant grace á la contribution de chacun) peut etre mal digéré Á L ETRANGER…c’est un point sensible. On le rend normal, parce que la population grace á ses taxes y investit pour y avoir peut etre recours un jour, mais, malgré tout c’est un système auquel les gens sont forcés d’adhérer en ravalant leur fierté. C’ETAIT MON AVIS SUR CE SUJET EPINEUX,CEUX QUI Y ONT RECOURS N APPRECIERONT PAS LE VOCABLE « DESHUMANISANT » (SOUS ENTENDU,SOIT QU ILS VIVENT UNE SITUATION DE CHOMAGE,DE MALADIE OU AUTRE).MERCI

  33. Vous me rappelez un homme,un professeur que j’avais a l’ENIP qui enseignait la bienseance,Mr Henry Dorleans,qui n’a jamais manque un jour sans nous rappeler nos devoirs de citoyens. Felicitations mon frere!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *