Où va le monde ?

« Les animaux ne chassent pas en fonction de la couleur de la peau de la proie. Pouvons-nous prétendre à la même impartialité, en tant qu’humains ? N’abattons-nous pas en fonction de l’abondance de la mélanine ? Ne fermons-nous pas nos frontières en fonction de la provenance du voyageur ? N’accordons-nous pas la liberté en fonction du taux de testostérone ? »

Que dira-t-on de nous ?

Que dira-t-on de nous ?

Cette question est prétentieuse, je le reconnais. Elle présuppose, qu’en dépit de la marche inexorable des autres peuples vers le progrès, qu’en dépit de la valeur sans cesse grandissante du temps, il y en aura qui s’offriront le luxe d’émettre […]

Regardez-vous messieurs, vous êtes laids !

Regardez-vous messieurs, vous êtes laids !

Je suis bouleversé. Perplexe. Les questions m’assaillent de toutes parts, m’enlevant même mon stoïcisme. Je m’inquiète pour mon pays, je m’inquiète pour l’avenir du peuple auquel j’appartiens. J’aurais voulu être optimiste. Répandre de l’énergie positive. Mais pour une fois, je me permets d’accorder une certaine liberté d’expression à ma faiblesse.