Dieu entend-il les Noirs et les pauvres ?

Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! Heureux les affligés, car ils seront consolés[1].  Ces mots prononcés il y a plus de deux mille ans doivent résonner différemment dans l’oreille du miséreux et du privilégié.  Pour le premier, il doit s’agir d’une assurance et d’une promesse qui rendent le fardeau quotidien moins lourd, pour le second, une blague transpirant l’hérésie, de la poudre aux yeux, un opium pour le vulgaire. Mais qu’importe qui aurait tort ou raison, notre démarche sera surtout orientée vers une tentative de compréhension conjoncturelle de cette citation et les limites des vérités qu’elle recèlerait.

Le peuple haïtien est connu pour plusieurs choses ; son épique histoire, sa riche culture, ses drames à répétition et notamment sa résilience. Depuis le séisme du 12 janvier 2010, le mot « résilience » vole la vedette à tout le reste. À dire vrai, si l’orthographe ne change pas, la signification, elle, varie en fonction de chaque bouche qui la prononce, de chaque stylo qui l’écrit. Quand un haïtien en fait usage, on a tendance à entendre « résignation », parti d’un étranger, on se demande la plupart du temps si cela veut dire incapacité à exiger le meilleur ou inclination trop facile à s’accommoder au pire. Aussi, doit-on reconnaitre que le rapport de l’Haïtien avec les divinités est à la base de cette flexibilité, de ce renouvellement qui étonne, de cette force mentale qui intrigue. En Haïti, la place de Dieu est partout et sa raison explique tout.

Loin de nous verser dans des considérations blasphématoires, nous nous permettons, en fonction de la tuerie survenue à  l’église de Charleston et des déboires de la race noire en général, de questionner la place de Dieu dans les affaires de l’Homme. A-t-il sa main ou sa permission derrière chaque évènement qui se produit ou ignorons-nous les lois naturelles qui régissent la marche de l’univers ? Favorise-t-il une race par rapport à une autre ou le soleil luit effectivement pour tous ? A-t-il vraiment une préférence pour les miséreux ou invite-t-il tous à la perfection et à l’abondance ?

L’histoire regorge de mythe et de dieux déchus. À travers le monde, la science et la technologie empiètent de plus en plus sur le territoire sacré des dieux. En Haïti, en même temps que la misère, les vendeurs de salut pullulent. Qu’ils se nomment pasteurs, prêtres, hougans ou politiciens, la stratégie est la même : utiliser l’ignorance pour offrir vessie pour lanterne. On annihile l’effort et le temps, on promeut le miracle. À la faveur du miracle, on s’attend à ce qu’un chanteur conduise un pays malade sur la voie du progrès, qu’une éducation indéfinie et boiteuse produise des citoyens engagés,  qu’un pays sans électricité s’ouvre aux affaires, qu’un concert de gangsters ramène des touristes.

Des centaines de milliers d’haïtiens et de dominicains d’origine haïtienne vont être chassés de la République Dominicaine pour être déversés en Haïti. Leurs principaux crimes sont d’être noirs et de n’être pas nés dans un pays habité par une nation, de ne pas faire partie d’un peuple comprenant la nécessité de fraterniser, de se former et de travailler pour vivre dans la dignité. L’haïtien a besoin de faire sien le secret de rompre la coquille sans rendre le fruit inutilisable. Heureux les affligés car ils seront consolés ! Quand et par Qui ? La réponse est simple : Ils connaîtront la vérité et la vérité les affranchira !

 

Dr Valéry MOISE, lyvera7@yahoo.fr

 

[1] Matthieu 5: 3-4, Bible, Louis Segond

À propos de l'auteur

Valéry Moise

Valéry MOISE, est un jeune Médecin haïtien, très engagé et militant dans les domaines d’éducation sanitaire, des Droits de l'Enfant, de la diversité culturelle et de l’émancipation des femmes et des jeunes. Parallèlement, il est un Ambassadeur de la francophonie des Amériques et Consultant auprès du Parlement Francophone des Jeunes des Amériques PFJA. Il travaille à l’avènement d'un meilleur demain pour son pays et l’humanité entière.

Archives par auteur

4 Commentaires

  1. Felicitation Valery, article la penetrem, sa ki pi fem mal nan bagay sa, tout saw relater nan article CE sont des problemas ponctuels, ke franchman mwen poko wè solution ak style de moun sa yo kap dirije nou yo

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *