Le prochain président

Le prochain président d’Haïti succédera au néant. Pas parce que rien n’a été fait, mais parce que tout a été englouti. Du prestige des hautes fonctions jusqu’à l’espoir des plus humbles. Ayiti, quoiqu’ayant l’habitude de flirter avec les plus rudes catastrophes, n’avait jamais atteint ce niveau où l’on s’inquiète, voire éloigne son enfant des récepteurs à chaque fois que le président doit prendre la parole. Nous avons connu la déshumanisation des colonisations, la constipation des dictatures, mais, jamais, incontinence verbale n’a été plus désastreuse que celle dont souffre notre actuel président.

Pour avoir, pendant longtemps, développé un rapport privilégié avec les proverbes, les Haïtiens savaient qu’une source ne pouvait fournir qu’une eau. Cependant en 2011, sous l’emprise probable de l’hébétude qui succède aux grands cataclysmes, le peuple a cru sien un choix qu’il n’avait pas fait et duquel il était raisonnablement impossible d’espérer grand-chose. En fait, ce n’était pas un choix de l’espoir. C’était le juste contraire. Une sanction du désespoir contre la classe politique répugnante et réfractaire au progrès. Le peuple s’était permis d’espérer la fin de la tyrannie avec le départ de quelques tyrans. Cette erreur a été fatale. La bête contenait un venin encore plus toxique et plus concentré dans sa queue !

Le prochain président succédera au néant, disions-nous. Pas parce que rien n’a été fait, mais parce que nous avons accouché et porté au trône un enfant ayant le don rare de désacraliser. Etant fils de paysans, toute ma vie on m’a appris que l’éducation était le meilleur ascenseur social. C’était la seule sainte qu’il m’était donné de vénérer. J’y crois encore en dépit des gymnastiques extraordinaires que déploient le chef d’Etat et ses acolytes pour m’en dissuader. Vous imaginez ma peine et mon indignation quand je constate toute la nauséabonde propagande qui est mise en branle pour faire la promotion contraire! Un pays ne peut pas construire sa jeunesse sur un modèle d’accident, un modèle qui détruit les têtes et qui inverse les valeurs. Ayiti ne trouvera pas la route du progrès en adoptant cette posture du gouvernement à chosifier la femme, imposer l’inculture et la grivoiserie et pire encore élever la corruption et l’improvisation en mode de gouvernance.

Le prochain président succédera au néant, mais devra faire des pas de géant. Son premier devoir sera de rétablir la place de la mission au-dessus du missionnaire. Jamais nous ne nous relèverons si le serviteur se considère plus grand que la cause servie. Ayiti a longtemps nourri des individualités et aujourd’hui, nous avons comme conséquence, des êtres chétifs avec des ego obèses. Ces êtres, pesanteur intellectuelle aidant, freinent tout élan de sauvetage collectif et impriment leur marque rétrograde aux communautés des humbles.

Avec le prochain président doivent revenir l’espoir et la culture de l’effort méritoire. Avec le prochain président doit revenir le président – citoyen. Avec le prochain président doit finir l’ère des narcotrafiquants et de l’impunité. Avec le prochain président doit s’ériger le seul pont qui puisse être tendu vers le progrès sans passer par les révolutions sanglantes: l’Education. Je veux dire la Vraie.

 

Dr Valéry MOISE, lyvera7@yahoo.fr

 

17 Commentaires

    1. Je suis pas de cet avis par ce que je vois les racines du mal. Nous vivons sous l’influence Américaine du relâchement des mœurs et du « tell it like it is ».
      Nous avions dans le temps des gouvernements qui n’osaient dire la vérité pour dévoiler leurs sentiments de haines ou de vengeances et construisaient des prisons pour terrorizer des Haïtiens et faire taire la misère du peuple et se donner des titres de grandeurs. Les Haitiens eux-meme vous dirons « lakay ce Lakay ».

  1. « Pas parce que rien n’a été fait, mais parce que nous avons accouché et porté au trône un enfant ayant le don rare de désacraliser.  »
    sans commentaire !

  2. C est bien et je suis entierement d accord avec tes reflexions. Cependant je deteste l hypocrisie dont tu fais montre par rapport aux medias qui diffusent ces choses de mauvais gout. S il n avait pas eu les medias pour rediffuser les propos de l ex president du compas comment les saurai je puisque j ai jamais été a ses spectacles. Aujourd’hui la majorite des chaines de television commence a diffuser des videos des dessins animés et des films sur des choses contre natures, j aimerais que tu ecrives aussi des lignes a propos et que tu prennes une position ferme.
    Quelle difference y a -t- il entre le fait de le dire en direct ou par le biais d une musique? Alors je t invite a regarder un echantillon de videos ou entendre un echantillon de musiques compas ou Rap et de dire quel groupe ou artistes que tu laisserais vos fils consommer. Quant à moi et ces groupes ou artistes et les canaux qui diffusent leurs produits, je les considere comme des mailles d une même chaine.
    Aujourd’hui les gens applaudissent les betises mais qd le concepteur devient chef ils vont semblant les detester. Quelle hyoocrisie!!!!! C est le chef qui dit des betises qui est un problème ou ce sont qu on doit banir peu importe leur provenance.
    Les artistes qui detruisent les jeunes, a travers leurs textes et videos malsains, ainsi que les medias qui acceptent de diffuser leurs oeuvres sont de la même famille.

    1. Bonjour Leo,
      Il transpire une saine colère dans votre commentaire et je ne saurais vous en vouloir. Par rapport à l’accusation d’hypocrisie, je ne réagirai pas. Pour le reste, je me demande si vous n’invitez pas les directeurs de média à briser le thermomètre quand il indique une forte chaleur. Je partage l’avis qu’il faut une certaine censure de ce qui est diffusé, quand c’est inapproprié et indécent. Mais, trouvez-vous normal que le Président soit de ceux qu’il faut censurer? D’ailleurs est-il meme possible de le faire quand chaque détenteur d’un téléphone intelligent se croit etre un journaliste potentiel?
      Pour les émissions, musiques, videos que vous dénoncez la diffusion, il n’y a pas de divergence entre vous et moi.
      Merci d’avoir pris le temps de me lire et de commenter. J’apprécie. Au plaisir!

  3. deux choses : D’abord il faudrait plutôt parler des classes politiques ET économiques répugnantes et réfractaires au progrès. Si les élites politiques n’ont jamais pris leur responsabilité face au pays, les élites économiques se sont toujours assurées de mettre leur richesses au profit du statut quo. Ensuite, j’ai l’impression, encore une fois, que ce texte est un appel à un messie-président alors que l’on a besoin d’un réveil citoyens, patriotiques et pragmatiques. On va continuer de prier longtemps comme ça?

    1. Bonjour Manuel,
      Je vous remercie de votre commentaire. Par rapport à votre premier point, j’ai envie de croire qu’en Haiti, la différence entre les classes politique et économique n’est pas aussi tranchée. Quand vous cherchez l’une, vous trouvez forcément l’autre. Ceci dit, quand je parle de classe politique, regardez en-dessous et lisez aussi classe économique.
      Pour le deuxième point, heureusement que ce soit seulement une impression. Ne déplacez pas le texte de son contexte. Je crois qu’il n’est pas interdit de s’adresser à une personne à la fois. Pour le reste, il ne s’agit pas d’une prière mais d’une invitation à la réflexion et à l’action. Il n’est pas oisif de demander à la tête de trouver une voie digne pour le reste du corps.
      Encore merci de m’avoir accordé votre temps. Quand vous en aurez davantage, je vous inviterai à relire le texte. Au plaisir frère!

      1. merci de ta réponse Valéry.

        Je crois qu’il faut faire très attention quand on essaie de comprendre le rôle de chacun. Une des inepties entendues avant l’élection de Martelly, est que « ces gens là » ont déjà de l’argent et ils n’ont pas besoin de voler les deniers publiques. Et pourtant, c’est bien ces élites (je parle en sens général bien sûre), gentiment surnommé MRE, qui, avec leur double comptabilité, leur pouvoir de corruption et leur vision de l’import-import, saigne le pays. Il faut absolument que l’on distingue bien le rôle qu’ont joués les différentes élites du pays dans notre dérive.

        La tête pour entraîner le corps… c’est logique, et on a déjà essayé ça…. peut être que je suis un peu trop dépité par tous nos messies et nos « églises ».

        En première lecture J’ai beaucoup aimé ton texte Valéry car il rejoint ce que toute personne sensé pense. Mais j’ai trouvé amer cet arrière goût d’éternel complainte que nous haïtien portons en nous.

  4. Bon moi je ne suis pas de Haiti mais je sais que le Haitie est un de ces pays pauvres, la pauvrété liéé d’une part aux catastrophes naturelles qui ont secoués ce pays mais aussi par le manque d’une classe politique responsable. Cependant votre reflexion me parrait trop pessimiste parce que dire que le procahain président sera investis dans le néant je te trouve ça trop pessimiste. vous meme vous l’avez dit quand vous parlez de néant ce ne pas parce que rien n’a été fait mais en quelque sorte une interpellation au prochain président pour en prendre conscience des attentes. Mais je pense que ce qui empeche nos Etats que ce soit en Afrique aux Îles et autres Etats ce n’est pas le manque des hommes politiques aptes à amenerbuj changement réel mais plutot la naïvité de ces peuples à façonner leurs dirigeants a leur manière que de laisser leurs dirigeants les façonner de leurs manières. quand je parle de peuple je parle des hommes intellectuelles fils et filles du peuple qui ont le devoir de se lever contre l’injustice la mauvaise gouvernance. J’espère que je me suis bien fait claire!!!!

    1. Merci Maman, vous avez été claire. Sauf qu’Haïti n’est pas un de ces pays pauvres. Il est plutôt habité par un peuple pauvrement impliqué qui a perdu ses repères et qui a besoin de les retrouver. Et ces repères, comme l’indique le fonds de mon texte, se cachent entre les bancs des écoles et des universités. Mon texte ne promeut pas le pessimisme mais fait appel à une réappropriation du sens de l’éthique, de la responsabilité et de l’éducation véritable.
      Au plaisir!

  5. Bonjour Valéry
    J’ai lu ton texte avec attention .
    Je note que tout se résume autour du Président de la République .
    Je suis persuadé que nous aurons encore un lot de critiques pour le prochain prèsident tout comme pour ses prédécesseurs.
    La présidence de la république reste le point focal d’un bon nombre d’haitiens. C’est comme si tout passait par la( problèmes et solutions).
    Le public haitien est souvent omnibulé par les « zins » politiques et les médias se font un devoir de combler cette attente.
    Les haitiens ne connaissent plus rien d’autre. En dehors de la  » politique », ils ignorent beaucoup de choses du pays.
    Je constate qu’un bon nombre de jeunes haitiens sont dans une posture attentiste en espérant qu’un président miracle va venir les prendre en main. Ils ont une vision totalement pessimiste sur tout, comme si leur sort dépendait plus des autres que d’eux mêmes.
    Ils ignorent totalement ce qu’il y a de positif dans le pays .
    Moi même je réalise mon degré d’ignorence sur certaines bonnes choses comme par exemple la participation d’Haiti dans un grand évènement international qui a lieu en ce moment même : Le
    Championnat Mondial d’Athlétisme á Pékin.( compliments à Samyr Lainé pour sa participation).
    Je me fais à présent un devoir de m’informer sur tout ce qui est positif dans le pays. Je suis persuadé que notre salut viendra de notre volonté personnelle et de notre participation à la creation de nos futurs « Bob Marley, Buju Banton, Diana King, Grace Jones, Jimmy Cliff, Peter Tosh, Sean Paul , Yohan Blake, Asafa Powell, Veronica Campbell- Brown, Melaine Walker ou Usain Bolt »pour ne citer que ceux la. (« Bravo à la Jamaique ».Pas mal pour un pays d’une population de moins de trois millions d’habitants).
    Que font ils là-bas?
    Sylvio Cator fut à une époque le grand héro de la Caraibe dans l’athlétisme avec sa medaille d’argent pour Haiti aux olympiques de 1928.
    Comment est il arrivé à ce resultat?
    Nous devrions étudier comment ils ont fait pour produire de tels résultats et demander à nos politiques de faire les choix appropriés par le biais de nos médias. Les présidents vont se succéder et se ressembler, c’est à nous de changer.

    1. Bonjour Richard,
      Comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner dans une réponse précédente, il faut garder ce texte dans son contexte. J’aurais fait un très mauvais usage de mon temps si je devais le consacrer entièrement aux bêtises du Président.
      Il s’agit ici de protéger ce qui reste de prestige à la fonction présidentielle. Quand vous aurez le temps, lisez mes autres textes et vous verrez combien j’accorde d’importance à l’autodétermination, l’engagement citoyen, l’entrepreneuriat et la responsabilisation individuelle.
      Pour le reste, je vous concède certains points. Il y a effectivement un traitement trop nourri des futilités au niveau des médias, il n’y a pas suffisamment de projecteurs sur les réalisations positives. Mais encore que ces réalisations sont des prouesses personnelles non encouragées voire encadrées par les structures qui devraient normalement s’en charger.
      La question des jeunes attentistes fait un peu cliché. Je connais un nombre non négligeable de jeunes qui se débrouillent seuls, contre vents et marées, pour exceller dans leur domaine respectif. Ils n’attendent pas les subventions de l’ Etat dont la reconnaissance est sélective et le support, la plupart du temps, sexuellement conditionné.
      Mon ami, je vous rejoins sur le point que nous devons nous inspirer des modèles qui réussissent. Voilà pourquoi je suis indigné quand mon Président ne puisse être un modèle.

      Au plaisir grand frère et bon travail!

  6. C’est bien, très bien votre article.
    Je suis de la vielle école de pensée qui veut se préoccuper de savoir beaucoup plus du comment changer les choses que de leur changement effectif.
    Comment on va réussir a avoir ce prochain président qui aurait a cœur un tel mandat?
    Ce serait peut être a chaque fois laissé au prochain a venir !!!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *